Notes on "Les intérêts de la France mal entendus, dans les branches de l'agriculture, de la population, de finances, du commerce, de la marine, & de l'industrie"

The aim of Transcribe Georgian Papers is to produce useable text documents of the manuscript materials and not critical editions. Please be aware this document may contain errors in the transcription.

Found an error? Please report errors and issues in the transcription to transcribegpp@wm.edu.

Needs Review

La distribution locale des habitans en France, est très- défavorable à l'agriculture générale. Douze millions d'habitans occupent les Villes, il y a dont que cinq millions qui vivent à la campagne. Un des moyens le plus important de rendre la Monarchie plus florissante, serait un mesurage exact de toutes les terres du Royaume qui produisent une valeur quelquonque, et de celles qui ne produisent rien du tout. Allors il faudrait des détailes. Il faudrait eriger une Chambre d'Agriculture quin'aurait d'autre objet que la culture des terres. On diviserait la France en quarantequatre départements, qui auraient chacun leur Directeur particulier d'Agriculture, nommé par la ditte Chambre. Chacun de ces Directeurs serait chargé de donner dans un an et demi, un memoire détaillé de l'etat present de toutes les branches d'Agriculture dans Son department. Le premier soin de la Chambre d'Agriculture serait de faire reduire le corps general de l'Agriculture nouvelle en précepts aisés à comprendre, et faciles a retenir, sans preface, introduction, ou avant propos; cet ouvrage devrait être distribué gratis au pauvre laboureur, et les outils et nouvelles machines propres à augmenter les productions de la terre. Les paysans aisés payerait pour les livres et les outils qu'ils trouveraient livres et les outils qu'ils trouveraient necessaires. La Chambre alors deputerait dans tous les departmens des cultivateurs pratiques pour faire des experiences d'agriculture sur toute