Notes on "Les intérêts de la France mal entendus, dans les branches de l'agriculture, de la population, de finances, du commerce, de la marine, & de l'industrie"

The aim of Transcribe Georgian Papers is to produce useable text documents of the manuscript materials and not critical editions. Please be aware this document may contain errors in the transcription.

Found an error? Please report errors and issues in the transcription to transcribegpp@wm.edu.

Needs Review Protected is False User is not Academic

On n'a point donné jusqu'à-present une definition exacte de ce qu'on appelle la puissance d'un Etat. Il y a dans notre Monde Politique plusieurs sortes de puissances: on peut les distinguer par les denominations suivantes. 1. La puissance de Commerce, ou l'Angleterre qui doit à elle songrang entre les premieres puissances. 2. La puissance Militaire, ou la Prusse. 3. La puissance d'Industrie ou la Hollande. 4. La puissance de Covenance ou le Roy de Sardaigne. 5. La puissance d'Intérêt Général ou les Etats confederés de l'Allemagne. 6. La puissance de Convention ou l'Empire Ottoman. La Veritable puissance d'un Etat est celle qui a pour base l'Agriculture. On ne l'a jamais consideré en France de cette maniere. Ce Royaume y compris la Lorraine contient cent cinquante millions d'arpens de terre quarrés, elle devrait fournir à la subsistance de vingt-cinq millions d'habitans, mais les recoltes ordinaires ne donnent du pain à tous les habitans de la France qui font à peu près dix sept millions d'hommes: il s'en faut donc de huit millions d'habitants, que notre puissance ne voit au degré de force où notre gouvernement politique pourrait la porter. Les richesses des terres (dit le célébre Montesquieu) appartiennent à chaque Etat en particulier; mais les effets mobiliers, comme l'argent, les billets, les lettres de change, les actions, sur les Compagnies, les vaisseaux, et toutes les marchandises, appartiennent au Monde entier.